logo colibri rose

         Ngurah Rai International Airport. History of leaving again... Un vent léger nous avait porté vers les hauts ciels et la liberté. Wayan était au rendez-vous pour nous cueillir sous l'arrosage des cieux. Nos chemins s'était rencontrés à Canggu, lors d'une première aube à Bali. Nous logions pour quelques lunes dans un jogo du nom de "villa Mango", Wayan résidait dans son voisinage.
Un jogo est une maison Javanaise ouverte sur l'extérieur. À proximité de toutes les commodités, celui-ci, situé très au calme, est un lieu de méditation bercé par les chant des coqs et des geckos. Son architecture permet d'y entendre un ref'rain de pluies lorsque la saison chante. Equipé de trois voiles d'onirisme, d'une cuisine et de deux salles de bain semi ouvertes, comme c'est souvent le cas à Bali, c'est une ôm sweet ôm.
Ce matin là, debout de bonne heure j'écrivais des bouts de bonheurs. Et pluie il avait plu... Je ne saurai d'écrire l'intensité de ce moment... Alors, je me tais...
 
 
  BAli villa Mango
 

         Plus tard dans le jour, des chants Bouddhistes s'étaient élevés d'une habitation voisine. Inversés par le voyage, nos sommeils étaient pâles, nous nous sommes aventuré à pieds dans les ruelles dormantes de la ville en écoutant les incantations psalmodiées par les riverains qui réveillaient en muses hic saoules les premières statues habitantes. Wayan dansait sa vie par là.
Sa similitude géométrique de traits de figure avec le Dieu Wisnu m'était apparue lors de notre visite du GARUDA WISNU KENCANA CULTURAL PARC, un lieu de rassemblement pour toutes les occasions, offrant une belle vue sur la côte et l'aéroport. Ce site est jonché de sculptures et de statues. Il y plane celle de Garuda, un homme-oiseau fabuleux de la mythologie hindouiste signifiant "aigle", ainsi que celle de Wayan, heu.. de Wisnu.
 
  GWK
 
 

         Ce fut une arrivée à Bali sous les torrents de la saison des pluies, qui pour le coup, était une vraie douche. Personne ici n'avait souvenance de tels déluges. Il pleuvait, pleuvait bergère sans interruption. C'était à croire que les nuages avaient retenu des kilomètres de corde, qui soudain lâchaient leurs vieilles eaux sur nos têtes. Et les routes se changeaient en fleuves, et les fleuves débordaient, et la boue se rependait, et les eaux déferlaient de partout, entre ciel et terre on ne voyait plus qu'elles et grisou. Après avoir chargé nos valises dans le pas que beau, confortable aussi, vaisseau de plaisance drivé par Wisnu, nous avons navigué avec lui sur la longue jalan Tegalallang, ne faisant qu'une brève escale dans un toko entre deux vagues pour l'achat d'une carte sim Indonésienne. Un toko est une boutique. Une jalan est une route, mais ce soir là, ce fut un fleuve agité qu'il avait fallu remonter pour atteindre l'hôtel. Notre choix s'était porté sur le Kampung resort, à Tegalallang, pour sa situation proche des Ceking Rice terace ainsi que la particularité de son architecture boisée et suspendue à une vallée luxuriante.
 
 

         Nuit pleine. Dès l'entrée dans la suite vallée, l'effet fut immédiat. Un tube invisible nous a relié aux arbres qui prenaient les lieux d'assaut en apposant sur nos visages un masque à oxygène imaginaire. Cette désasphyxie desserrait les cœurs . Des sonorités sauvages remontaient de la jungle voilée de sombre qui nous cerclait sans qu'on ne la devine autrement que par l'air quelle chantait. L'éclairage tamisé de la spacieuse chambre dansait sur sa chanson en enlaçant avec harmonie les couleurs de ses intonations. Sur la Terrace, une odeur humide et parfumée flânait entre des nuées d'insectes ailés qui s'affolaient autours des lampes. Un geckos émettait par intermittence son cri fort plaisant. Un loup, peut-être garou, semblait lui répondre ;) C'était magnifique. Mille fois mieux qu'une nocturne à Ikea :/ Ce que je veux t'écrire, et t'envoyer, c'est le tout, dont la communion conférait aux lieux une atmosphère surnaturellement belle...
 
 
  BAli villa Mango
 
 

         4.00am. Rêve et yeah! Sans clocher, au chant du coq. L'effet clochette de la magie à Bali. Enivrée de vitalité. En réalité, avaler au couché un antihistaminique aux effets sédatifs, donormyl, afin de se mettre rapidement dans le bon sens des heures avait été efficace. Mon fils étant resté à l'envers, son oiseau de nuit l'avait transporté jusqu'aux primes heures du jour. Nous nous sommes croisé quand ses étoiles crépusculaires ont chevauché les rayons de mon aube or.
Presque qu'au plus bas de l'efflorescence d'une ravine, la suite vallée était en retrait des autres bâtiments du resort. Cette chambre, où l'on dehors très bien, ne doit être envisagée que si l'on possède les ressources nécessaires pour remonter à la réception, car elle peut devenir la suite du Mont Calvaire si l'on manque de souffle.
 
 
  BAli villa Mango
 
 
 

         Dans le creux de sa colline s'écoulait une rivière. Notre binôme étant scindé pour quelques heures, je suis descendue me fondre aux cantiques des moustiques dans les zzz 'abysses de la jungle jusqu'à la rive. La végétation était gorgée d’eau, la terre était tendre, tellement doc'île. Entre des murs lézardés qui résistaient au temps, un temple rugissant avait surgi. Dans cet instant plus que parfait, il se confondait sous des mousses qui épongeaient l'abondance des pluies. L'air était parfumé par des odeurs d'encens et ce n'est que plus tard dans le réveil des heures qu'est apparu la main qui les avait brulés en adressant prières et offrandes aux Dieux et Démons de ce temple.

        
 
  Kampung resort Ubud Kampung resort Ubud
 
  previous read more